Superman et sa clique (2) : mythèmes et industrialisation

L’histoire, on la connaît. C’est celle de Kal-El, bébé extra-terrestre que ses parents envoyèrent dans l’espace lorsqu’ils prédirent, à juste titre, l’explosion de Krypton, la planète d’origine. Le nourrisson, emmitouflé dans son couffin spatial, atterrit sur Terre, dans les plaines du Kansas où il fut adopté par un couple bienveillant, les Kent. Au fil de sa croissance, le jeune Kal-El, rebaptisé Clark pour l’occasion, se découvrit des pouvoirs incroyables. Capable de voler, d’entendre et de voir à des kilomètres, il fit ses premiers pass à Smallville. Puis, une fois devenu adulte, Clark Kent devint journaliste au Daily Planet de Metropolis où il rencontra toute une galerie de personnages, à commencer par Lois Lane et Jimmy Olsen. C’est là-bas qu’il se créa son double justicier, Superman, et devint sans le savoir le premier super-héros de l’Histoire.

Voilà, peu ou prou, pour la version originale. L’hypotexte. Bien sûr, Superman a bien vécu depuis qu’il a été inventé, en 1938. Alors, au fil de sa vie, on trouvera toutes sortes de dissonances dans son parcours biographique. Par exemple, dans sa première version, Superman ne volait pas, mais faisait de grands bonds, ses parents adoptifs n’avaient pas les mêmes prénoms, etc… Mais ça, c’est une autre histoire : celle d’un renouvellement de catalogue et d’une refonte d’un univers. C’est l’histoire de DC Comics (éditeur et propriétaire des personnages).

Ce qu’il faut retenir, c’est que cette histoire-là de Superman est la plus connue et la plus retransmise. Si l’on fait un détour rapide vers l’anthropologie, on pourra alors penser à Claude Lévi-Strauss et à ses réflexions sur les mythes. Une notion en particulier se prête de manière idéale à cette « histoire officielle » de Superman. C’est celle de « mythème » qui renvoie aux éléments constituants et permanents du mythe originel. Certes, Superman n’est pas un mythe fondateur, pourtant il a fait l’objet de tellement de réécritures que certains aspects du mythe (cette fois c’est Mircea Eliade) se retrouvent dans son récit.  Superman, mythe de l’industrialisation : ou comment le progrès a accéléré d’un point de vue technique la diffusion des savoirs ainsi que leur recréation. S’il a fallu des millénaires pour que les mythes antiques se transmettent et s’altèrent par voie orale, la mécanique de l’impression a tôt fait de rendre  le processus instantané. Superman, super-mythe : à peine quelques décennies et déjà autant de récits que les héros antiques…  Superman, c’est un nouveau regard porté sur le monde industriel, la version solaire d’un autre costumé, le Chaplin des Temps modernes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelqu’un en particulier résume très bien l’histoire de la fiction superhéroïque. Il suffit de ces quelques phrases de Francis Ouellette pour comprendre que le justicier n’est pas mince affaire :

« Les contingences mercantiles inhérentes au format [du comic book] sont littéralement responsables de plusieurs de ces fabuleuses explorations. Ainsi un personnage comme Batman, qui existe depuis 1939, ayant été réécrit au moins une fois à tous les mois depuis sa création et ce, au strict minimum, est le fruit d’une véritable œuvre collective en constante évolution depuis plus d’un demi-siècle; plusieurs centaines de créateurs construisant, détruisant, reconstruisant et déconstruisant ses coordonnées mythiques. » http://popenstock.ca/dossier/article/defense-et-illustration-du-joker

Ici, la réécriture rejoint des notions d’architecture. La fiction superhéroïque se construit, se dé-construit, se re-construit. Elle trace des lignes narratives en perpétuel mouvement, liées toutes par la périodicité du format comic book, la colonne vertébrale de l’édifice. Et à la question spatiale du mouvement se superpose la dimension chronologique de cette évolution. Ou quand l’histoire du comic book rencontre la Grande Histoire de sa terre d’accueil.

De 1938 à 2012, quasiment un siècle d’Histoire. Les Etats-Unis, en 1938, c’est la Dépression, la pauvreté, le New Deal. En 2012 : la crise, Barack Obama, internet, la mondialisation, le terrorisme. Entre-temps, pêle-mêle : la seconde Guerre Mondiale, le communisme, la radio, la télé, le cinéma, le VietNam, la chute (toute proportion gardée) des consensus. Autant d’événements qui ont pris le super-héros dans leur toile, l’ont emmailloté, parfois disloqué, parfois reconstruit.

Superman…

Il y a donc son histoire officielle et ses histoires jumelles, autres, (dis)semblables, toutes formant un ensemble quasiment organique tant il ne cesse de remettre en cause ce qui le constituait jusqu’alors. Le lecteur de comic, quoi qu’on en dise, est en fait bien habitué aux ruptures : rupture du récit, de mois en mois, rupture de la continuité, rupture d’une histoire à une autre. Le geek, disait-on, est attardé. Que nenni, le geek s’adapte au(x) monde(s) d’aujourd’hui car il est foncièrement diffracté. Encore une fois, tout est question de structure : il y a les séries régulières, garantes de la continuité, gardiennes de la version mainstream. Et puis il y a les séries limitées, les petites sœurs cachées, fâchées parfois. Elles se distinguent par le simple fait qu’elles possèdent une fin en soi, une limite dans l’espace ; elles ont posé la dernière pierre à leur édifice.

Encore une fois, le récit se fait transfuge, reflet déformant. Et vers quoi renvoie-t-il, ce reflet ? Et d’ailleurs, comment se construit-il ? Un petit tour d’horizon nous permettra d’y voir plus clair…

Une réponse à “Superman et sa clique (2) : mythèmes et industrialisation

  1. Pingback: Jenny Sparks : miroir d’un siècle | Le super-héros et ses doubles·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s